Essence de la sagesse - chapitre 24

Publié le 27 Mai 2006

 


Le bonheur véritable réside dans ces qualités spirituelles que sont l'amour et la compassion, la patience, la tolérance, le pardon et l'humilité. Ce sont elles qui procurent le bonheur, pour soi et pour les autres.

Sa Sainteté le Dalaï-Lama

Rédigé par Sissipaillette

Publié dans #Sagesse - Philosophie - Sérénité

Repost 0
Commenter cet article

Sissipaillette 17/06/2006 13:19

Oui ces faux bonheurs existent et malheureusement ils sont nombreux et tellement superficiels, tellement illusoires.Toutes les qualités du bonheur sont là, tu as raison : l'amour, la compassion, la patience... mais peu de monde en prend conscience. Quel dommâge pour eux !L'Amour véritable passe par l'autre, par le bonheur de l'autre qui devient ainsi le tien. Et c'est là le plus beau, le plus vrai de l'Amour.Sans passer par une religion quelconque, je pense et croit aux anges gardiens, être de lumière qui nous accompagnent pour nous aider à vivre notre vie, à faire qu'elle soit belle. Mais si nous ne savons pas les écouter, rien n'y fera. Et parfois quand je ne sais comment faire avec mes enfants par exemple, je me "renferme" en moi et j'écoute, je parle avec mon ange et j'y vois plus clair. Peut-être est-ce aussi une forme de méditation, un introspection c'est pour cela que je ne fais pas entrer une quelconque religion dans ma conception car c'est la mienne et je comprends qu'elle ne puisse pas faire l'unanimité.L'être humain est un être d'enrichissement mutuel seulement si chacun était tolérant des différences de l'autre. Accepter autrui tel qu'il est, c'est l'aimer. C'est aussi être patient, c'est supporter les défauts de l'autre parce qu'il est comme cela et pas autrement. Ne jamais oublier que l'on a soit même des défauts, des qualités et si c'est accepter par l'autre alors c'est à l'inverse aussi. J'aime beaucoup l'idée de l'enrichissement de soi au travers de l'autre humainement, spirituellement...Nous sommes tous de ce monde, aucune race n'est meilleure que l'autre. Malheureusement pour l'humanité entière, des hommes tel qu'Hitler ont donné naissance à un sentiment contraire et à une échelle plus "environnementale", des êtres se pensent supérieurs dans la société d'aujourd'hui. Ceux-là sont adeptes des bonheurs superficiels de la vie : la gloire, l'argent, l'orgueil et à la fin de leur vie, quand ils feront le point, que leur restera-t-il de cette vie... rien tout les aura éloigné des vraies valeurs de la vie.Tu as raison quand tu dis qu'il est bon de partager, de donner par amour, par amitié. C'est ce qui nous fait grandir, c'est ce qui nous rends tellement plus riche, c'est ce qui nous rend meilleurs aux yeux des autres.

Merci, merci. J'adore ces merveilleuses conversations que nous pouvons avoir tous les deux. C'est passionnant et enrichissant. J'espère que je suis à la hauteur de tes réflexions, je t'avouerai que parfois quand je te réponds, je me demande où je vais chercher tout ça, je me dis "mais c'est en toi Sissi" mais je sais aussi que j'ai trouvé un interlocuteur génial qui m'amène à toutes ces réflexions.Merci de me faire encore grandir.

Je t'embrasse affectueusement.

Jean-Youri 12/06/2006 22:39

 
Le dalaï-lama place en fin de sa réflexion les qualités pour trouver le bonheur. Le bonheur véritable. Car existe-t-il des faux bonheurs ? 
 

     Oui, ceux fondés sur l'illusion (paradis artificiels, satisfactions de névroses causant du tort à soi-même et à autrui, plaisirs accumulés dans la durée mais sans fondement pour trouver la paix et la sérénité heureuse du bonheur).
 

        Il associe ensuite des qualités qui sont proches, mais non identiques : amour et compassion, patience et tolérance, pardon... et humilité.
 

         Il est facile d'aimer : Narcisse s'aimait d'amour égoïste, et parfois les relations qui instrumentalisent le corps ou la vie de l'autre relèvent de cet amour. L'amour se différencie de l'égoïsme lorsqu'il se dirige vers autrui et trouve son bonheur dans le bonheur d'autrui. Il se rapproche alors de la compassion : souffrir avec autrui. Le christianisme considère que le Christ a été envoyé (messie) pour délivrer l'homme de la mort et du péché, et lui donner ainsi le vrai bonheur. Le bouddhisme a imaginé les boddhisattvas. Ces êtres sont des personnes étant parvenues à l'illumination, mais retournant dans le cycle des réincarnations pour aider les autres êtres humains à les rejoindre dans cet état. Ils acceptent alors la souffrance liée à la condition humaine.
 

       En quoi patience et tolérance se rapprochent-elles et se divisent-elles ? Là encore, il pourrait s'agir dans un premier cas d'une vertu que l'on cultive en soi, parfois pour soi (accepter ses défauts comme constitutifs de notre humanité) et la tolérance étant cette vertu d'accepter autrui dans sa différence, en lui reconnaissant une richesse spirituelle, humaine...  
 

    Le pardon n'est pas associé à la miséricorde comme dans le christianisme mais à l'humilité. Humilité : le terme vient de terre (humus) en latin. Accepter la simplicité des choses, se reconnaître comme étant de ce monde et non d'une race meilleure. Pourquoi placer là ce terme, alors qu'il pourrait sembler que le pardon donné aux autres et à soi termine l'évolution spirituelle vers le bonheur ?
 

       Saint Jean Climaque a dressé l'image d'une échelle de sainteté: les moines escaladent un à un les échelles de la perfection et de la vertu. Pourtant, au dernier barreau, ils chutent. Pourquoi ? A cause de l'orgueil provoqué par les moines à la vision de tout le chemin parcouru. Là encore, un lien dans la spiritualité monastique chrétienne et bouddhique s'aperçoit : l'individu qui a parcouru un tel chemin ne doit pas s'enfler d'orgueil, sinon celui-ci l'éloignera de toutes les qualités qu'il a précédemment acquises !
 

        Soyons vigilants dans nos coeurs. Si nous voulons être meilleurs ce n'est pas pour nous-mêmes, mais c'est apporter à autrui les trésors humains qu'il est bon de partager, avec amour et amitié.
 

            Bizz
 

                 Jean-Youri  
 

 

lisa 30/05/2006 14:32

je suis encore loin des dires du Dalaï Lama, je dois travailler sur moi même c'est pas gagné !

Sissipaillette 31/05/2006 07:28

C'est vrai que c'est difficile de travailler sur soi, cela prend du temps, et si l'on veut ce travail se fait tout au long de notre vie.Et je pense que si l'on est motivé pour le faire et bien on y arrive. Le tout est de le faire à son rythme.

Sissi

Nadine 30/05/2006 08:47

Waouh, quel joli blog je découvre ici. Toutes ces couleurs pastels et douces, ces écrits c est magnifique. Je croise les doigts pour le bac de ta fille.
Je reviendrai, à bientôt. Nadine 

Sissipaillette 31/05/2006 07:23

Bonjour Nadine. Bienvenue au jardin de Sissi. Ta visite m'a fait bien plaisir, j'adore y accueillir de nouveaux invités. Moi aussi je croise les doigts, maintenant il reste les autres épreuves et je pense que l'étape suivante pas facile pour les parents c'est l'annonce des résultats.
Reviens aussi souvent que tu le veux
Sissi

virginie 27/05/2006 22:48

JE passais te faire un p'tit coucou du soir, et avec un énorme bisou

Sissipaillette 27/05/2006 23:09

Bisous à toi aussi avec un très gros bisous.
A bientôt